lundi 28 avril 2014

Le Voile noir, Anny Duperey



Présentation :  Anny Duperey a perdu ses parents lorsqu'elle avait 8 ans. A partir de ce moment-là, sa mémoire a effacé les souvenirs de sa vie avec eux, et c'est comme si elle était née après leur mort, d'où le titre de cette autobiographie,  "Le Voile noir".

Avis : 8/10

J'ai aimé :
- Le style d'Anny Duperey, à la fois simple et efficace, mais aussi poétique.
- Lorsque une autobiographie est écrite par une célébrité, on peut craindre un coup de communication pour relancer une carrière, des déballages indécents... Rien de tout cela ici. L'auteur commente des photos prises par son père et tente ainsi d'en savoir plus sur ses parents, en même temps qu'elle réfléchit sur ce « voile noir » et ce qu'il a fait d'elle. C'est touchant, sans être larmoyant. Ce n'est pas un récit de la vie d'une comédienne, mais la recherche d'identité d'une femme comme les autres.
-Le cheminement de l'auteur, qui évolue grâce à l'écriture et à l'observation des photos.

Je n'ai pas apprécié :
-Quelques longueurs parfois. Mais je pense que le côté introspection les rend incontournables. Cela est contrebalancé par des chapitres courts, un style agréable et surtout par les photos magnifiques du père de l'auteur.

 Anecdotes :
Anny Duperey a consacré plusieurs ouvrages aux chats :
-Les Chats du hasard, récit autobiographique d'une amoureuse des chats.
-Les Chats mots, anthologie des textes illustrés sur les chats.
-Les Chats, texte illustré de 200 photos, dont certaines de l'auteur, sur les chats.

Citation : Anny Duperey parle de son besoin d'écrire cette autobiographie :
« Il m'apparut- et ceci est très nouveau pour moi car j'ai toujours cru le contraire- que mon sentiment d'impudeur serait plus fort dans l'intimité, et aussi la tentative de fuite. Le public, ou l'idée d'être lu, oblige à une tentative honnête (j'ai un tempérament honnête) de lucidité. Et surtout un effort de dignité dans la forme. »
Thèmes :
Enfance -Parent -Autobiographie
Si vous avez aimez ce livre, vous aimerez sans doute : Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de Vigan et W ou le souvenir d'enfance , de Georges Perec

1 commentaire:

  1. je ne l'ai pas lu mais ton commentaire me donne envie de le lire
    bisous

    RépondreSupprimer